jeudi 13 juin 2013

Aimer son prochain.

Si j'avais pu choisir,je ne t'aurais pas choisie. 
Une telle incompréhension règne entre nous,j'éprouve une telle absence d'amour envers toi,honnêtement,je ne saurais dire où est-ce que je trouve la force de te supporter au quotidien,et même parfois de rire avec toi. C'est vrai qu'il m'arrive de t'apprécier mais bon, tu ne tardes jamais à faire ou à dire quelque chose qui va me mettre hors de moi et me rappeler non pas à quel point je te hais,mais à quel je ne t'aime pas,à quel point je le ressens dans tout mon corps. Bientôt 18 ans que je tolère Elisa,que je l'accepte tant bien que mal comme elle est. Je n'y peux vraiment rien, elle m'exaspère, elle me sort par tous les pores. Elisa tu me donnes envie de m'arracher les cheveux et de m'écorcher. J'ai l'impression de survivre, tu es comme ces choses dont on dis qu'on vit avec. "je n'aime pas ma petite sœur,bientôt 18 ans que je vis avec".
Je ne me souviens même pas de ton arrivée. Je crois que les trois premières années de ma vie n'ont pas été très drôle et que ton arrivée n'a pas arrangé les choses. Tu es depuis toujours comme quelque chose qui me gêne,qui m'entrave,qui me pèse. Je me souviens de ce matin,où j'étais en retard à l'école,mais comme tous les matins je devais d'abord te déposer à la maternelle. Te laisser seule devant la grande porte d'entrée,t'abandonner là et courir vers mon refuge,mon école,là où tu n'existais pas,apparait encore aujourd'hui comme la meilleure décision que j'ai jamais prise jusque là. C'est honteux? Je ne trouve pas. C'est tout ce que tu méritais déjà à cette époque,même innocente, et c'est tout ce que tu mérites encore aujourd'hui. Toi et avec cette raison,cet entendement,cette logique,cet esprit,cette intelligence que tu crois posséder, tu mérites que je ne te considère pas,que je ne fasse pas attention à toi,que je ne t'aime pas.
Ma pauvre mère. On pourrait croire que c'est pour elle que je n'ai pas encore dit toutes ces choses à haute voix,que je ne lui ai pas dit le fond de ma pensée, mais c'est faux. Si je ne le dis c'est parce que je sais que c'est mal vu par la société,et que j'en suis venue à me demander ce qui ne tournait pas rond chez moi. Pourquoi les autres aiment leur petite sœur et moi non? 
Je n'aime pas ma sœur,elle est sortie du ventre de ma mère,ma mère l'a portée 9 mois,ma mère l'aime,mais je ne lui souhaite rien de bon,je veux qu'elle échoue,pour souligner ma supériorité sur elle,je veux qu'elle ait des problèmes pour la voir souffrir. D'ailleurs je voudrais qu'elle trouve mon journal si ce n'est pas deja fait,et qu'elle se sente seule au monde en le lisant, qu'elle ait mal,qu'elle en chiale et je voudrais être là pour voir ça.
 Je ne t'aime pas Elisa,je ne t'ai jamais aimé,et je ne pense pas t'aimer un jour. Non tu ne rêves pas,c'est bien de toi dont je parle.

Je n'arrive pas à croire qu'on partage de l'ADN,je n'arrive pas à croire qu'on soit sortie du même ventre,on est tellement différentes,tellement loin l'une de l'autre.
Pourtant je voudrais aimer Elisa. Enfin je crois. 

14 commentaires:

  1. une petite remarque ? (le prend pas mal hein !?)
    Je trouve ça bizarre le passage du tutoiement à la narration extérieure... :)
    (on m'a un jour fait la remarque sur mes propres textes, depuis je fait une fixation là dessus...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais c'est carrément bizarre. Au début, quand j'ai écrit le texte, la grande sœur ne tutoyait pas sa petite sœur,mais j'ai voulu l'écrire rageuse,et quand j'ai pensé au passage où elle veut qu'Elisa tombe sur son journal,j'ai changé certaines parties. Certaines ont un esprit direct,càd qui s'adresse directement à Elisa, d'autres ont un esprit indirect,plus intérieur,introspectif même,la grande sœur s'explique le pourquoi du désamour qu'elle éprouve,si je puis dire pour sa petite sœur. Là elle revient à la troisième personne. T'en dis quoi?

      Supprimer
    2. Qu'on comprends bien que ça passe de la "parole" à la pensée et vice versa, et d'ailleurs j'étais du genre à faire pareil, mais il parait que ça ne se fait pas, ou qu'il faut créer une vraie coupure (?)(sauter à la ligne ? ^^) bref, je ne me souviens plus des arguments qu'on m'avait donné, juste je sais que ça m'avait convaincue. Du coup dans ton texte, je choisirais de garder uniquement le tutoiement pour ce côté rageux. Quitte à mettre des indices que parfois elle se calme et n'est plus qu'en train de réfléchir ou raconter.

      Supprimer
    3. Ou alors mettre une phrase d'intro du genre : Je sentais la rage monter en moi, au point de parler tout haut :
      " ***toutcequiestentutoiement*** " puis narration.

      (hahaha je me relis depuis le début, c'est quasiment incompréhensible ce que je raconte, si ?)
      bises

      Supprimer
    4. Si j'ai tout compris haha! Merci pour les conseils en tout cas, j'essaierais de faire attention à ça prochainement. Je me disais que comme j'ecris juste sur des moments particuliers où mes personnages réfléchissent, sont à des tournants, ce sont des moments intenses, l'écriture doit montrer qu'ils sont perdus dans leur pensée,que l'émotion est forte,ils sont rageurs, excités.. Bon je ferai gaffe quand même.
      Et sur le sujet même du texte que penses-tu?

      Supprimer
  2. Sur le fond, je trouve que c'est bien, très ado dans le raisonnement et du coup ça colle vu qu'elle a 18 ans :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non c'est Elisa qui a bientôt 18ans! Haha bon c'est que j'ai pas fait passer ce que je voulais faire passer alors si tu trouves ça encore trop ado, c'est pas juste une rivalité de sœurs. La grande n'aime vraiment pas sa petite sœur et elle sait que ça dépasse les disputes,les rivalités,la dualité habituelles qui peuvent exister et qu'on peut imaginer pour ce genre de relation. Je sais pas comment l'expliquer.. Pour elle, sa petite sœur est vraiment comme une étrangère,elle ne l'aime pas, ce n'est pas iné comme ça l'est un peu pour tout le monde. J'sais pas comment le dire,c'est physique, c'est même plus qu'elle ne la supporte pas, c'est plus qu'une ennemie naturelle..

      Supprimer
  3. Ah oui ! d'accord, en fait oui c'est pas très adulte. Déjà c'est rare qu'un adulte soit aussi catégorique sur j'aime/j'aime pas qqun. On dirait plus qu'elle ne la supporte pas. Et puis vu qu'il y a le "maman" qui rentre dans l'histoire, ça fait ado aussi dans le sens où il n'y a qu'ado qu'on pense avoir besoin de dire ces choses là.
    (évidemment c'est mon point de vue, hyper subjectif puisque je mets forcément en parallèle avec ma propre famille ^^)

    Faut aussi pas se baser que sur un lecteur, parce qu'une histoire est perçue toujours différemment d'un lecteur à un autre, en fonction de notre passé, de notre maturité, de nos situations !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui je l'ai vraiment bâclé alors :) oui c'est sûr que ça varie d'un leçteur à l'autre,mais bon si tu n'as pas compris personne ne comprendra :)
      Ce que je veux faire c'est une sorte d'analyse du lien frère/ sœur,là en l'occurrence sœur/sœur, je voulais remettre en question l'amour "automatique", "nécessaire" qu'on est censé éprouvé pour ses frères et sœurs. Je voulais écrire sur une fille qui même enfant appréhendait sa petite sœur comme une étrangère,une personne dont elle pourrait se passer et ce,même au détriment de sa mère. Et là, c'est aussi plus profond,ce n'est pas qu'elle fait aussi un reproche à sa mère, c'est qu'elle pourrait presque dire, demander à sa mère ce qu'elle aime chez la petite sœur, pourquoi elle la garde! La grande sœur est comme une handicapé sentimentale,ou une sociopathe,elle n'a pas la même configuration émotionnelle que la plupart des gens. Elle n'aime pas sa sœur, elle ne lui est pas hostile non plus,non,c'est vraiment qu'elle n'éprouve rien pour elle,elle en a marre de la supporter pas parce qu'elle est chiante ou qu'elle lui vole ses affaires. Elle en a marre de la supporter juste parce qu'elle la supporte depuis toujours.. Là tu saisis mieux mon intention?
      Je vais essayer de réécrire tout ça différemment de toutes façons :)

      Supprimer
    2. J'avais bien compris ton intention, et d'ailleurs c'est le titre qui aide à ça. Je pense que lorsqu'on veut analyser et faire comprendre aux lecteurs qu'on analyse, il faut rester plus pragmatique, mais enflammé :) Te prends pas trop la tête avec ça, c'est un texte de toi parmi d'autres, il n'empêche que c'est intéressant !

      Supprimer
    3. C'est ce que j'ai fini par me dire, j'ai essayé de le réécrire cette semaine et c'est vraiment plutôt compliqué!
      Merci Jade!

      Supprimer
    4. t'as une adresse mail ou twitter ou quelque part où je peux t'écrire en privé ? :)

      Supprimer
  4. Yep! Désolée pour le temps de réponse,au boulot c'est la foliiiie cette semaine!
    dragibusnoir26@gmail.com

    RépondreSupprimer