lundi 15 juillet 2013

"On fait le bilan calmement en s'remémorant chaque instant.."

Je passe en Master 1 International Management spécialisation Affaires internationales. Ouais c'est une bonne nouvelle mais bon je vous ai pas tellement parlé de ma première année en école de commerce donc vous n'avez pas la moindre idée de comment j'ai fini par vouloir faire ça.
Et bien ce serait assez long, laborieux, fastidieux à raconter donc je ne vais pas m'étendre, mais dès la rentrée je posterai plus d'articles sur le côté estudiantin dirons-nous, du long fleuve pas du tout tranquille qu'est ma vie.
Je me suis concentrée sur l'écriture sur le blog parce que j'avais l'impression que désormais elle m'était comme interdite dans la vie. Je devais absolument me concentrer sur ce que je voulais faire et abandonner l'idée du journalisme à laquelle je m'accrochais mordicus. J'ai cherché encore et encore pour trouver un projet professionnel qui inclurait l'écriture, c'est ce que je voulais absolument, quitte même à faire  un métier qui dans l'absolu ne m'intéressait pas ou était un compromis.. 'insuffisant'. Journaliste d'entreprise. N'importe quoi. Je voulais l'écriture toute entière, pas à moitié et pas comme ça.

J'ai donc décidé de garder l'écriture là où je pouvais l'avoir entière, dans ma vie personnelle, rien qu'à moi, pour moi et ceux qui me lisent.

Les relations internationales. C'était évident dès le départ mais comme d'habitude, je mets du temps à me rendre compte de certaines évidences, je tourne en rond alors que c'est là juste sous mon nez. Classic me. C'est marrant j'ai fait pareil en ce qui concerne l'amour, je me suis intéressée à d'autres et à la fin de l'année, je me rends compte que je savais intérieurement qui je voulais. Toujours la dernière au courant.
Les relations internationales j'adore, sans me vanter pour moi c'est du gâteau. Je suis au point là dessus depuis toujours et cette première année en école a développé chez moi un autre sens de la géopolitique et j'ai réalisé des tas de truc à propos de ce qui pouvait se passer à l'heure actuelle, mais à mon niveau j'ai aussi réalisé que j'étais carrément moins travailleuse, je bossais moins.  Donc voilà, c'est pas la sempiternelle et stéréotypée résolution post-bulletin et pré-rentrée, mais je compte sérieusement plus travailler cette année. J'ai déjà commencé en plus, je lis beaucoup, je réapprends, je regarde des documentaires, je me cultive de nouveau et dans tous les sens possible du terme. J'ai l'impression de redevenir moi-même.

En prepa, j'avais choisi mes matières et j'étais un peu (trop) révoltée, je n'ai pas montré ce dont j'étais capable, et je sais qu'encore aujourd'hui, certains profs parlent de moi en des termes pas très élogieux.  Une véritable fumiste la nénétte que j’étais, elle avait ses raisons mais fumiste quand même. Cette année je crois que j'aurais dû quitter ce rôle de fille en colère et qui se fiche de tout. Ça y est, j'ai plus mal, la vie est redevenue belle depuis un bout de temps maintenant, je peux redevenir celle que j'étais dans les études, c'est-à-dire la meilleure (geeeeeeenre). Et bah ouais, dans mon jeune temps, j'étais toujours première. C'était les années fastes.. J'ai été très orgueilleuse plus jeune pour ça, mais plus tard même en étant plus au top, je l'étais. Aujourd'hui je ne veux plus me satisfaire orgueilleusement  et surtout comme une teubé, des commentaires type "vous êtes la meilleure, mais vous ne travaillez pas" ou encore  "le talent sans travail est peu de chose Mademoiselle".
Ces deux commentaires là m'avaient plutôt secouée. Alors aux copines qui sont pareilles, je vous l'ai déjà dit mais je vous le redis, et à tous ceux que je ne connais pas qui sont dans le même cas, ne vous reniez pas. C'est vrai que l'image de premier de la classe est dure à porter, et que la rendre moins lisse avec des hauts faits d'alcool, avec quelques petits actes de rébellion ou que sais-je encore peuvent nous faire croire à nous et donc aux autres qu'on est quelqu'un d'autre mais c'est faux. À l'exception de vous-même, personne ne vous en voudra d'y avoir cru, vous êtes humains, mais c'est votre temps, votre énergie et un investissement dans votre avenir et pas dans celui des gens que vous espérez impressionner, que vous perdez. Restez-vous même.
Ça y est j'ai fini mon-moment-émotion-manifeste-des-têtes-d'ampoules. L'évidence la plus serinée,la plus rabâchée,la plus évidente même: rester soi-même. Être fidèle à soi- même, surtout aux bons côtés. Encore faut-il savoir ce qu'on fait de bien, et oui c'est pas si facile que ça en a l'air. Je pense qu'il faut avoir un certain rapport à la vérité, il faut savoir aimer la vérité. Ça c'est un sujet auquel j'ai beaucoup réfléchi cette année mais on en reparlera une autre fois.

Des prises de consciences qui valent bien l'ouverture d'un chapitre 3, Le Dragibus n'est plus en ébullition, et ce n'est pas non plus l'âge de raison, mais je suis clairement plus assagie, avec de nouveaux buts, de nouvelles priorités, de nouvelles motivations, mais toujours avec la même soif de grandir et d'avancer.

2 commentaires:

  1. C'est super de te lire aussi déterminée et "heureuse" (?) ! Félicitations pour ton année, et si il y a bien un truc que j'ai compris en terminant mes études, c'est qu'on peut toujours en apprendre plus, par soi-même, et que c'est bien ce qui fait de nous des gens plus cultivés, plus informés, plus performants. Alors t'as raison, continue à avoir les antennes en alerte avec tous les médias qu'on a à disposition :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tellement!! Merciii je nage vraiment dans le bonheur, la paix et la sérénité depuis plusieurs semaines maintenant et ce que c'est reposant.. Avant j'étais fatiguée d'être dans ma propre tête!
      Tout à fait d'accord pour les moyens de se cultiver, "il faut cultiver notre jardin" comme disait l'autre!

      Supprimer